19 février 2007

Le Chouan, histoire de surnom

Les Vendéens sont fiers d’eux et de leur région. Un sobriquet les suit pourtant depuis toujours.

"Ventre à choux" est le surnom le plus communément attribué aux vendéens. L’origine obscure de ce doux surnom a donné lieu à de multiples explications, souvent farfelues. Par exemple ; d’aucuns attestent que ce serait du à l’usage de la feuille de choux comme remède miracle contre la diarrhée des nourrissons. Une application de feuille de choux sur le bedon suffisant à endiguer le flux intestinal. D’autres situent ses origines à la guerre de Vendée. Les insurgés se mettant à plat ventre dans les champs de choux à la vue d’une patrouille de bleus ou se jetant a plat ventre lors des canonnades de ces derniers.

Pour ma part j'ai opté pour le surnom de "chouan" en hommage a ces Vendéens insurgés qui ont su faire trembler la république mais qui ont payer un lourd tribut à la pacification de l'ouest.

Premontage_chouan

Posté par lechouan à 22:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Le Chouan, histoire de surnom

    ventre à choux

    En réponse à la question de l'origine du surnom de ventre à choux que l'on prète aux vendéens.
    "Ventre-à-choux" terme exacte mais employé à tort et à travers, il est ici question de la consommation des "choux verts", plante fourragère pouvant atteindre 1,00 m à 1,20 m de haut dont on prélève sur chaque pied, les quelques larges feuilles du bas pour le bétail et par la même occasion on choisit un peu plus haut une ou deux feuilles moins larges et plus tendres que l'on met à bouillir dans une marmite avec de l'ail, pomme de terre et un bon morceau de lard de poitrine et ensuite une soupe au pain suivie d'une "embeurrée" de choux avec le lard. Au retour des champs ou des chantiers ça retapait son "homme" surtout en hiver, avec plus de vitamine C que le citron. Bien entendu l'odeur de cuisson dérange quelque peu des narines un peu plus sophistiquées, mais ma famille disséminée dans d'autres régions, aime bien se retrouver autour de ce plat préparé dans la marmite de fonte, dans la cheminée et à l'ancienne, même les jeunes y gouttent, enfin un peu!. L'hiver 2011-2012 qui se prépare, verra encore quelques soirées familiales autour de ce plat ( avec les "mogettes" bien sûr). Ce plat rustique consommé en Vendée et en bordure des départements limitrophes, a donné ce sobriquet de "ventre-à-choux" à ceux qui le consomment, pensez-donc, manger comme les vaches !. Certains disent aussi, que les vendéens se cachaient "à plat ventre dans les champs de choux verts" pour tendre les embuscades aux "patauds", pourquoi pas, mais ces mêmes personnes parlent aussi de choux pommes cabus de 20 cm de haut, il ne fallait pas être bien gros, alors ?!, par contre dans les rangs de choux-verts cités, ici oui!.
    Les Chouans qui sont essentiellement bretons, mainois ou normands ne consomment pas ce genre de légumes mais les allemands du nord, oui !
    Quant aux Vendéens ils mériteraient d'avoir beaucoup plus d'attentions surtout pour la période de 1793,

    Posté par joseph, 01 octobre 2011 à 14:40 | | Répondre
Nouveau commentaire